Retraites d’écriture ou de création


Si tu as du mal à créer autant que tu le voudrais, si tu te retrouves souvent à devoir lutter contre la procrastination, alors je te propose une petite expérience qui va certainement t’étonner.

Range tous tes appareils électroniques dans un placard que tu vas fermer à clé, et confie la clé à quelqu’un qui n’habite pas tout près de chez toi.

Ou bien mets tout ça dans un Ksafe ou équivalent.

Ou encore, loue un Airbnb ou une chambre d’hôtel pendant deux jours, et ne prends que deux choses avec toi :

1— Un vieux téléphone sans internet, pour être joignable en cas d’urgence

2— Un objet qui ne te permet de faire qu’une seule chose : écrire ce que tu as à écrire sans avoir accès à internet. Tu peux utiliser une machine à écrire, une tablette e-ink, ou un vieil ordinateur sur lequel tu as tout retiré (y compris l’accès au web).

Si ton projet, c’est de faire des vidéos ou d’enregistrer une formation, alors prends juste une caméra, un micro et un cahier.

N’emporte pas de livres avec toi, et si tu es dans un hôtel, débranche la télé.

Tu n’auras plus qu’une chose à faire : écrire, ou enregistrer.

Et tu vas te rendre compte que lorsque tu es dans ce contexte, tu es capable d’en faire trois fois plus, cinq fois plus, même peut-être dix fois plus, sans pourtant y mettre davantage d’efforts.

Regarder les murs pousser, ça va bien pendant dix minutes, mais à un moment, tu voudras t’occuper, et comme tu n’as rien d’autre à faire que de créer, alors tu créeras.

Et tu te rendras compte que tu trouveras beaucoup plus de plaisir à le faire que lorsque tu avais d’autres choix d’activités possibles : ça va même devenir un divertissement, le seul divertissement disponible.

Tout créateur devrait tester ça au moins une fois dans sa vie : se faire une retraite d’écriture, ou une retraite de création pendant deux ou trois jours.

Et c’est une expérience qui peut même devenir un rituel annuel : quelque chose qu’on répète régulièrement, dans un cadre différent à chaque fois.

Les avantages sont énormes :

D’abord, on réalise qu’on luttait contre soi-même, pendant des années, pour rien. Que le problème qu’on avait, ce n’était pas le manque de volonté, mais l’abondance d’options disponibles.

Ensuite, on se rend compte qu’il est possible d’explorer des façons différentes de s’organiser : par exemple, en créant tous les contenus de l’année sur un mois par an… Et en vivant comme si on était à la retraite le reste du temps.

Essaie chez toi : tu n’as rien à perdre, puisque ça va te permettre d’avancer sur tes projets à la vitesse de l’éclair…

Et il est bien possible que ta façon de travailler s’en trouve transformée pour le meilleur, pour le restant de ta carrière.


📷 La photo du jour :

L’une des photos de ma dernière balade en ville, passée à chercher des petits détails intéressants dans des coins délaissés.

Je reprends vraiment du plaisir à faire ça, ça va redevenir une habitude hebdomadaire, quand je sors de ma ferme !


☘️ Reçois mon e-mail du jour chaque matin :